EXGSE DU CORAN PDF

Publication Date: General Note: Pages are being added from the copy held by the University of Central Florida to complete the volume. This item is only available as the following downloads: PDF. Les Maraca jumeaux voudoo. Le Voudoo Astrologique.

Author:Nalkis Malagis
Country:Cambodia
Language:English (Spanish)
Genre:Love
Published (Last):1 September 2014
Pages:463
PDF File Size:13.77 Mb
ePub File Size:6.35 Mb
ISBN:804-5-63483-273-7
Downloads:12070
Price:Free* [*Free Regsitration Required]
Uploader:Maurisar



Publication Date: General Note: Pages are being added from the copy held by the University of Central Florida to complete the volume. This item is only available as the following downloads: PDF. Les Maraca jumeaux voudoo. Le Voudoo Astrologique. La Technique Solaire du Voudoo. Legbha ou le Baton Magique dans la Kabbale.

Le Tambour Ass6-Thor ou Erzulih habill6e du soleil. Le mystere Dambhalah Hwedo ou les colliers rituels. PREFACE Dans la Tradition Voudoo 1 , le mystere qui est la garde magique du tronc d'arbre pris comme axe cosmique des p6ristyles des oum'phor se nomme Loko Ati-sou on Ati-Dan Ib6 Loko formule afro-haitienne qui signifie en substance : Grand Arbre-Sec figurant une couleuvre gdante dra- gon, boa, caiman, aganman, 16zard, anolis qui possede tous les secrets du Verbe Crdateur ou du Langage Magique magnified par la Musique Sacrde.

Et c'est ainsi que le mystere le plus important du oum'phor voudoo est la couleuvre androgyne Da n bhalah Wedo-Ai Da Wldo. Parce que da, dans les formules, signifie couleuvre ou serpent.

Ces lignes disent certainement davantage que tout ce qui viendrait d'un adepte voudoo ou d'un 6soteriste haitien, car elles ne peu- vent pas alors 6tre taxes de partiality. En Egypte, il est l'attribut d'Isis la Magicienne, c'est-h-dire celle qui connait les secrets des pierres, des plants et des animaux, celle qui connait les maux et leurs remedes, celle qui ranime le cadavre d'Osiris, lui rend la vie, et donne l'immortalit6.

Dans ce cas, le serpent est love sur lui-meme, en un anneau ferm6, queue en bouche, et c'est justement sous cette forme d'Ouroboros qu'il est l'embl6me de la vie toujours renouvelee, toujours renaissante de ses propres debris ; l'embleme, en un mot, du cycle 6ternel.

Mais l'orthographe traditionnelle est bien voudoo. Moise et son Dieu, le ciel le chAtie en lui envoyant des serpents aux morsures brfilantes ; et Moise, sur l'ordre de Dieu, conjure le fl6au en faconnant un serpent d'airain, qu'il suffit a chacun de contempler pour 6tre gu6ri.

Les serpents s'en- roulent autour du caduc6e ; ils sont les armes parlantes de la pharmacie. Et lorsque, dans la Bible, Eve ne peut retenir sa curiosity de science, c'est le serpent qui la guide, qui lui livre la cl de la Connaissance, sous la forme myst6rieuse de la Pomme, don't la section inhabituelle et sans doute indi- quie par le Serpent pr6sente le pentagon et le d6cagone, revilateurs du Nombre d'Or.

Eve n'est autre qu'Isis ; elle veut connaitre la magie ; et son initiateur sera le serpent don't s'ornera la coiffure des inities.

Serpent comme 6tant l'Initi6? On ne saurait le dire en toute certitude ; mais il est bon d'observer que la Science Moderne, si elle avait foi dans le symbolisme, approuverait ce choix C'est chez le Serpent qu'apparait l'ceil pineal, cet ceil central des cyclopes, que les occultistes considerent comme I'organe de second vue ; les 16zards ont tous a la parties sup6rieure du cra- ne, ce qui conlient la glande pin6ale, reli6e au cerveau par un nerf.

Cet eil est pour la race humaine l'hMritage du Serpent. Et nous voyons bien, en 6tudiant l'6volution, quel sens du monde possede le Ser- pent, quelles possibilities furent les siennes.

Issu de l'eau, il s'est lance vers toutes les conquites, meme celle de l'eau, a titre de retour sous sa forme nouvelle ; et il s'est divis6 en serpents nageurs, serpents marcheurs, serpents volants. II a su faire les doigts adhisifs du gecko, qui lui permet- tent de courir sous le plafond le plus lisse, et le parachute du Dragon Vo- lant, compl6et par un gouvernail de drive sous le mention.

Et, pour conqu6- rir la totality du continent, il a su se diviser sur la plus formidable bifur- cation de l'evolution animal, celle qui, partant de la meme origine, a con- duit les uns vers les oiseaux et les autres vers les mammifbres. Mais si l'on refuse de croire aux 16gendes des pytho- nisses de Delphes, ou d'Endor, toujours inspires par le Serpent comme Isis chez les Egyptiens ou Eve chez les Hdbreux, on peut toujours se pencher sur les faits de notre temps.

Or notre temps connait le qui fut un objet de grande v6ndration chez les Incas, sous le nom de Ser- pent-Devin. Aux Antilles, on trouve son tres proche parent, appel6 le Boa Diviniloque par les Indiens.

Et qu'en dit la Science mat6rialiste? J'6voquais la loi des Nombres, celle de l'inversion magique qui s'exprime par la musique, et qui ouvre une fengtre sur la qua- trieme dimension, le temps Le voudoo ne dit pas. Avec certitude et une certitude qui donne des resultats ph6nominaux visible A toutes les heures du jour et de la nuit Danbhalah et Aida Wedo inspirent les voudoisants haitiens, comme Eve chez les H6breux, comme Isis chez les Egyptiens, comme le boa empereur chez les Incas, comme le - 12 - boa diviniloque pour les Indiens, comme le Python pour les pythonisses d'Endor, de Delphes et d'ailleurs.

Erzulie, dans le voudoo, est Eve et Isis ailleurs, et, comme ailleurs, et sans doute meme avant, elle est le mystere de la musique. Exemple : une Er- zulie Freda, qui adore I'accordeon, et qui aime qu'on en joue pour qu'elle vienne poss6der un adepte voudoo.

Il n'est done pas 6tonnant que, dans le livre que nous allons 6crire sur le voudoo, le syncritisme magique et le symbolisme fassent figure le mystbre Danbhalah par Saint Patrice ; parce que Saint Patrice lance la couleuvre dans l'eau d'ofu elle sortira pour remplir le formidable r6le que vient de nous presenter Don Ndroman.

L'ceil pin6al du serpent toujours appel6 couleuvre dans le voudoo per- cevant plus intens6ment que celui de tous les autres vertebres terrestres, dans la measure ofu cet organe percoit l'Occulte le lecteur comprendra sans difficult que I'asson l'instrument-maitre de la magie voudoesque soit ornd de vertebres de couleuvre pour pouvoir obtenir sa puissance ph6- nomenale et diriger tous les mysteres de l'Occulte.

Elle a trois yeux, don't l'un est place au milieu du front, soit pour designer que ce dieu rcgne egalement dans les cieux, sur la mer et dans les enfers, soit peut-6tre pour montrer qu'il voit le passed, le prdsen t et 'avenir Sans venin, d'un caractere doux et pai- sible, ils aiment A vivre familierement avec les hommes. Celui que les pr6- tres entretiennent dans l'int6rieur du temple, se replie quelquefois autour de leur corps, ou se redresse sur la queue pour prendre la nourriture qu'on lui pr6sente dans une assiette : on le laisse rarement sortir ; quand on lui rend sa liberty, il se prom6ne avec majesty dans les rues ; et comme son apparition est d'un heureux presage, elle excite une joie universelle.

Les uns le respectent, parce qu'il est sous la protection de la divinity tut6laire du lieu ; les autres se prosternent en sa presence, parce qu'ils le confon- dent avec le dieu lui-meme. On trouve de ces serpents families dans les autres temples d'Esculape, dans ceux de Bacchus et de quelques autres di- vinites.

Ils sont tres communs A Pella, capital de la Mac6doine. Les femmes s'y font un plaisir d'en lever. Dans les grandes chaleurs de l'Nt6, elles les entrelacent autour de leur cou, en forme de collier, et dans leurs orgies, elles s'en parent comme d'un ornement, ou les agitent autour de leur tate. Cd-drapeaux et drapeaux rituels pendant un service voudoo.

Le Voudoo Son origine surnaturelle R6v6lation est le terme qu'il faut employer pour designer l'origine sur- naturelle du Culte Voudoo Vandou, selon l'expression plus vulgairement ou plus couramment employee pour parler de ce culte en Haiti. Or, par le seul fait que les connaissances surnaturelles relatives au vou- doo ont 6td r6v6l6es aux adeptes, le voudoo est une religion, au sens entier du mot.

Cette revelation est, elle-meme, d'origine astrologique, et sans aller jus- qu'aux mages qui, sur le continent africain, ont pr6cedd les astrologues de Chaldee ou les savants de la Tour de Babel, on peut s'arreter aux travaux de ces derniers pour avoir une idWe just du caractere de cette rvd6lation. II ne s'agit pas encore de d6velopper le sujet astrologiquement ou astrono- miquement.

II est surtout question, ici, de montrer, le plus simplement pos- sible, le caractere g6n6ral du voudoo, quite, plus tard, a en montrer le caractere 6soterique. En se basant done sur une donn6e de la Tradition Africaine, les adeptes du culte indiquent le lieu d'origine du voudoo en citant le nom d'une ville l6gendaire don't la copie matirielle existe rdellement sur la carte g6ographi- que de la Republique d'IHaiti. Cette ville s'appelle La Ville Aux Camps 1 , et son nom peut ctre inter- pret6 de diverse manieres, selon les degr6s de puissance du culte.

Evidemment, seuls, les ini- tics savent exactement de quoi il s'agit. II est cependant un faith : lorsqu'un traditionaliste voudoo parole de La Ville Aux Camps, il entend indiquer que c'est non seulement l'endroit le plus important qui puisse symboliser le culte voudoo, mais encore le lieu mystique et occulte ofu se concentre, d'une maniere tout A fait myst6rieuse, la force total de la religion.

C'est d'ailleurs la raison pour laquelle La Ville Aux Camps est, en terms occultes, une sorte de Quartier General des mys- teres ou des loa voudoo, c'est-at-dire des vodouni africains qui sont les dieux du culte. La preuve que La Ville Aux Camps myst6rieuse represente pour les adep- tes voudoo le lieu le plus fort et le plus MlevW est donnee par le rapprochement I qu'il faut faire entire le lieu d6sign6 ainsi en Haiti par les inities comme pantheon terrestre des mysteres et le lieu que les Africains citent g6ndrale- ment pour signifier.

En realite, la ville mystique, sorte de Mecque africaine, se trouve dans le Sud Nig6rien. If6 est la patrie herm6tique du Grand D6miurge voudoo : c'est de la qu'est descendue la revelation dans l'esprit et dans le cceur des voudolsants qui 6tablirent la religion que les descendants des Africains pratiquent encore en Haiti. En partant du principle que le roi ou tout chef d'Etat est le repr6sentant de Dieu sur la terre, la tradition voudoo confond la Ville Aux Camps avec l'emplacement c6leste du Soleil et avec le soleil lui-meme.

Le roi, ainsi, se trouve etre confondu avec le soleil. Dans ces conditions, 1'origine surnaturelle du culte voudoo se trouve 6tre Line origine astrologique : IfN ou La Ville Aux Camps confondue avec le soleil.

Or, parce que en Afrique comme en Haiti, le soleil est le mystere Legba apkpel6 aussi LihsahBhaDa-io- ,-le-lieu-due-ciel-ofiLsel ee le soleil est Legba-Ji ou Lihsah-Ji, expression donLtvoici la signification g6ndrale : Loa de la creation.

Legba le mystere de synthese du Voudoo est done l'Orient, ou I'Est, le point cardinal-chef, le point de l'espace qui preside a l'Orientation ou qui rigit l'Orientation du templum magique. A partir de l'Afrique, l'origine des loa voudoo, dans leur ensemble, se complique un peu, parce que, si, d'une maniere incontestable, Legba vient d'If6 ou de la Ville Aux Camps, tout le pantheon voudoo ne vient pas du meme endroit.

Comme on le verra plus loin, ce sont les differences on distinctions 6ta- blies dans le voudoo par ces qui vont diversifier le culte en le s6parant par en lui laissant cependant toute son integrity fonciere et toute son homog6niit6 traditionnelle. C'est ainsi que les cultes juif et 6thiopien ont le soleil pour ori- gine : chez les Juifs, le soleil est personnifi par une couleuvre sur une per- che et cette couleuvre s'appelle Serpent-Da vid ; chez les Ethiopiens, le soleil est represented par un Lion, qui est aussi bien David, le lion de la mai- son solaire de Juda.

Or, dans le voudoo, la meme couleuvre, appel6e aussi Da et le meme lion, appel6 Legba, president superieurement au culte.

Si l'on tend la comparison h la religion catholique, on retrouve le In- me lion et la meme couleuvre solaire de Moise, de Salomon et de David dans le poisson du Christ remain. Ces symbols ne saurainfit toffiner dans le voudoo, parce que, dans routes les religions, l'Ere Solaire ou l'Age d'Or est figure par un Lion, meme depuis avant la Bible.

Le Lion est donc, dans le voudoo, le signe de l'Esprit, tandis que la Lune signe terrestre est le signe de la Vierge per- sonnifi6e par la couleuvre Aida W6do. Mais, puisqu'il s'agit de montrer correctement l'origine du voudoo et de sa figure principal, voici une citation de Charles Guignebert tire de son livre. Dans le voudoo, Legba, origine et prototype mile du voudoo, est done le soleil qui preside aux rites, tandis qu'Erzulie, origine et prototype femelle, en est la lune.

Legba en est le Christ et Erzulie la Vierge. Les autres mys- teres viennent a leur suite, par ordre hi6rarchique. Dans l'exoterisme voudoo, Legba est figure par un homme qui jette de l'eau par terre. C'est cet homme que l'on reconnaltra dans tous les adeptes qui jettent de I'eau par terre au ddbut de chaque c6rdmonie. Les dsoteristes le comparent au Verseau du Zodiaque. Tandis qu'Erzulie est represent6e par une femme 6thiopienne tres noire ; elle est noire parce que brfilee par le soleil don't elle est n6cessairement la femme.

L'occultisme en est facile : cette femme tres noire, mais tres belle, est confondue, dans la tradition afro-judaique, avec la tres noire mais tres belle Reine de Cheba, qui est Balkis, la reine de Saba. Ainsi, lorsqu'on voit la couleuvre Aida W6do sur les murs du oum'phor voudoo, on sait qu'on a affaire, sur le plan du syn- critisme religieux, A la reine 6thiopienne qui visit Salomon parce que Sa- lomon est le constructeur du Temple.

Le culte voudoo parait, ainsi, beau- coup mieux situ6 et bien mieux expliqu6 en quelques mots quant h son origine astrologique et quant a ses aires d'influence religieuse a travers le monde. Rien que ces quelques rares rapprochements le font voir A travers tous les pays et au fond de tous les cultes.

II n'y a vraiment rien d'6tonnant ta cela quand on pense que la tradition africaine h6rit6e par les oum'phor haitiens r6vele que la couleuvre femelle ou couleuvre lunaire que l'on voit peinte sur les murs du oum'phor est un chemin de sept couleurs que la puissance divine emploie pour transmettre ses ordres du ciel A la terre. Ce chemin qui conduit Dieu du ciel sur la terre est alors appel6 arc-en-ciel.

Necessairement, l'origine de l'arc-en-ciel, comme symbol, est aussi so- laire que l'origine meme du culte voudoo, non seulement parce que 1'arc- en-ciel et ses couleurs sont invisibles sans le soleil, mais parce que, d'apres une des donnees les plus importantes du culte, I'arc-en-ciel qui est aussi une couleuvre Da march sur les degrds magiques dii soleil.

Telle est, en synthese, la mecanique du oum'phor of ces deux loa tien- - 22 - nent les r6les principaux : elles repr6sentent le movement par excellence. C'est done en les d6composant pour trouver toutes les autres loa subalter- nes du pantheon voudoo qu'on va trouver tous les details du movement g6neral qui anime le temple africain.

Dans un sens plus concis, les symbols qui laissent voir plus facilement les attributions kabbalistiques de ces deux mystbres-principes du oum'phor voudoo sont : le soleil, le feu, le cierge : pour Legba ; ;- la lune, l'eau, la mer : pour Erzulie. Toute la magie formidable du oum'phor se ddroule a partir de ces deux elements. Or, comme ces elements font parties du Quaternaire Eldmentaire qui est compose des quatre elIments Feu-Air-Eau-Terre, l'univers pratique du vou- doo n'est pas limit au oum'phor seulement : cel universe comprend le prin- cipe rituel en g6ndral, et dans tous les cultes, pour la bonne raison que tous les cultes basent leur magie sur les possibilitis de ces l66ments don't ils ti- rent tous leurs pouvoirs surnaturels.

Nous continuous la citation en rappelant que le principal attribut magique et divin de Mercure est justement les deux couleuvres don't le voudoo fait ses mystbres-principes et le bAton don't les adeptes voudoo font le sceptre de Legba : Messies Identified comme il l'est dans ses attributes multiples les plus divers, le Christ se prdsente a nous symboliquement engendr6 par la Lune et par le Soleil. L'6tre qui rdunit en sa nature le sang du blanc et le sang de la ndgresse.

L'analogie du Soleil, quoique en sens inverse, est la Terre. L'analogie de la Lune est dans 1'6tendue des eaux sup6rieures nuages et vapeurs et inf6rieures mers et rivibres. L'analogie de Mercure, fils du Soleil, est dans le regne v6g6tal issu de la Terre par les racines et les eaux

STK394-250 PDF

مجلة الألسن للترجمة. العدد الحادي عشر. 2013

A Comparative Study of the Responses of ijasan ijanafi, Mu1. The author retains ownership of the copyright in this thesis. Neither the thesis nor substantial extracts from it may be printed or otherwise reproduced without the author' s pemnSSIOn. L'auteur conserve la proprit du droit d'auteur qui protge cette thse. Ni la thse ni des extraits substantiels de celle-ci ne doivent tre imprims ou autrement reproduits sans son autorisation. The comparison is analyzed in the light of ijanafi' s three dimensional Islamic reform project known as Heritage and Modernity Al-Turah wa al-TajdTd. Their responses to the factors that have led to the decline of Islam in the modem age will be compared from the perspective of the first and second dimensions of his project, which examine the implications of the classical Islamic and Western heritages, respectively, for the reform of Islam.

HALUK ERKUT PDF

ISBN 13: 9782745123091

This is an unrevised , scanned version of an article which has been published, with revisions and corrections, as indicated below. Originally appeared in Journal of the American Oriental Society, vol. If citing or distributing in any format, please include full reference to the actual corrected original publication. Thank you. Concluding our survey of major historical tendencies in the interpretation and reception of Ibn Arabs writings in various traditions of later Islamic thought, as illustrated by recent translations and related studies, this final section deals with representative figures in the more philosophic school founded by Qnaw Kshn, H. This is even true to a certain extent of T. Izutsus fundamental study of Ibn Arabs thought, Sufism and Taoism

CALENDARI DELS PAGESOS 2015 PDF

Dissertasi Yudian Wahyudi the Slogan Back to the Quran and the Sunna

Gilliot Claude. Hamza, m. On compte7, en effet, au nombre des derniers grands Suivants 'Amr b. Dinar8 m.

Related Articles